• 1935 : duel au soleil sur l’autodrome …

    Accueil

    Ce championnat de France, il ne peut pas échapper à René LE GREVES … Le torrentueux breton a proprement atomisé les pelotons en cette entame de saison 1935 …  Le Critérium National … Paris – Tours … Le Circuit du Morbihan … Le Circuit de Paris … Il tout a gagné, à la régalade,  à chaque fois comme en se jouant en leur infligeant son inexorable déboulé final. Dans ces circonstances, c’est peu dire qu’il est le favori de cette édition 1935.

     

    D’ailleurs, lorsqu’il débarque sur l’autodrome, il est bardé de confiance et de morgue, et annonce en matamore à qui veut l’entendre que la côte Lapize, eh bien, il la grimpera chaque tour en tête ! Le titre de champion de France, il en fait son affaire, et c’est comme s’il était déjà dans sa poche ...

     

    En fait d’affaire, elle va être du genre chaude … Très très chaude … A s’en brûler les doigts.

     

     

    A mariolle, mariolle et demi. Car le Pantinois Georges SPEICHER, s’il a accompli une campagne de printemps moins clinquante  que celle du torrentueux Breton, se sent pour sa part au sommet de sa condition en ce beau dimanche de Juin. Et lui aussi se verrait bien, et pas qu’un peu, dans la peau d’un champion de France. Et pour le faire connaître,  il déclare avant le départ au micro de Georges BRIQUET qu’il se verrait bien lui répondre tout à l’heure « Je suis bien content d’avoir gagné ! ».

     

    René LE GREVES, sur la ligne de départ, se fend d’un petit rictus en entendant ces paroles,

    et commence à affûter ses couteaux …

     

    Un fabuleux bras – de - fer vient de s’engager, qui va déboucher sur une édition épique 

     

     

    Le récit du championnat de France 1935  dans

    «  L ’épopée du cyclisme sur l’autodrome de Linas – Montlhéry ».


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :